19/06/2004

231.






Corto,
Où es-tu ce soir ?
J'ai froid...






00:45 Écrit par Badwoman | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

Commentaires

. retourne-toi...suis là!!

...derrière la fourmi...

Écrit par : corto | 19/06/2004

;~)))))))) ..

Écrit par : Bad' | 19/06/2004

On demande... ....le petit corto du creahm chez bad'....
;-)

Écrit par : keone | 19/06/2004

. je viens de l'apercevoir ds le parc de la boverie donnant à manger aux cignes

Écrit par : V. | 19/06/2004

Keone-> bien bien ! je suis pliée, merci ;~)))) V-> si c'est le cas, il ne devrait pas tarder alors......;~))

Écrit par : Bad' | 19/06/2004

Have you... see me at the bigM????

Écrit par : keone | 19/06/2004

Non je crois pas... Mais bon, on sait jamais.......

Écrit par : Bad' | 19/06/2004

... David7 , au rez, le long de la galerie opera ds le p'tit coin non-fumeur...

Écrit par : keone | 19/06/2004

Nan j'étais au bar de l'entrée chez les fumeurs ;~)) ..

Écrit par : Bad' | 19/06/2004

. non-fumeur...mdrrr

Écrit par : V. | 19/06/2004

.... Malin ça....à 3mètres....;-)))))
La cité fortifiée se retire dans les limbes pour quelques (trop brèves heures de repos) ...
Sweet dreams Bad' et vraiment désolé pour ta soirée...

Écrit par : keone | 19/06/2004

Vi malin ça, comme tu dis ! Douce nuit à toi
Tinkiètes je me réchauffes déjà ! ;~))

Écrit par : Bad' | 19/06/2004

.... I wish you were with me....j'ai quitté la terrasse de l'hôtel Raphael à Paris, dans le tango au Classius ne m'intéressait que peu, je suis dans le train vers Venise, j'ai besoin de me ressourcer dans le ghetto, tu sais bien que l'étoile est le réceptacle de toutes mes pensées, du sens de mon existence, de tout...je t'aime...Corto...

Écrit par : Movida | 19/06/2004

.. Tu repars donc au sein de la clavicule de Salomon dans cette sacro sainte cour…y retrouveras-tu celui que tu détestes aimer ?
Tu y entendras la douce mélodie de la harpe et du vent qui te chatouillera l’oreille pour te faire rêver les yeux ouverts.
Bien que nos deux vies soient déjà liées d'une ténébreuse manière. Tu fais faux bond trop souvent. Les marins...!
Je t'attends, un de ces jours qu'on aille se balader. Allez, maintenant laisse-moi rêvasser avec le murmure de la mer et la brise du large.

Écrit par : Pandora | 19/06/2004

Les commentaires sont fermés.